Les comportements à adopter face au harcèlement en entreprise

Dans un établissement, 10 % des employés seront harcelés par 10 % de harceleurs.

Le harcèlement peut-être du fait de la frustration d'un groupe d'individus qui a besoin de reconnaissance et qui utilise une personne afin de se faire une réputation au sein d'un établissement. Ce groupe se sent fort et intelligent en se moquant d'une victime. Le groupe se considère « normal » et lui est « différent », « justifiant » les actes humiliants. Le souffre-douleur est isolé face « aux prédateurs ».

Qui sont les harceleurs et les harcelés?

Dans un établissement, 10 % des employés seront harcelés par 10 % de harceleurs, assistés du même nombre d'exécutants. 20 % de sympathisants et 30 % de passifs, silencieux, contribuent à approuver ce harcèlement contre les victimes harcelées, n’ayant que 20 % de sympathisants pour les soutenir, selon Christina Salmivalli, docteur en psychologie, en Finlande.

Pourquoi la victime ne cherche pas d'aide?

La victime se retrouve dans un cercle vicieux. C'est une sorte de jeu entre lui et ses bourreaux : les bourreaux sympathisent, mais pas toujours, avec lui. La pression du groupe « bourreau » est trop présente et la victime se retrouve bloquée dans sa vie sociale. La victime n'ose pas aller à la rencontre des gens, à cause de sa honte. Les témoins n'osent pas lui parler, par peur de représailles sur eux, par le groupe « bourreau ».

Quels comportements éviter en cas de harcèlement ?

Une erreur possible du souffre-douleur est de pardonner alors qu'il lui faudrait le courage de s'imposer. Mais face à tous les autres contre lui, il n'a pas vraiment de choix. Ce pardon est bien souvent (auto) imposé soit pour des motifs purement défensifs - « ça ira peut-être mieux après »; également pour des motifs philosophico-religieux mal adaptés dans cette situation-ci; ou pire : à la demande des patrons, chefs d’équipe. Ceci peut entraîner un profond sentiment d'injustice chez la victime; un sévère trauma même après plusieurs des années.

La victime peut chercher aussi la vengeance contre les individus qui l'ont marginalisé et/ou une société qui le plus souvent les ignore: soit par indifférence; soit par refus de l'information : cela « dérange »; soit également, parce qu'il se trouve toujours des individus qui « s'accommodent » de pareilles situations, au détriment des victimes, avec toutes les conséquences dramatiques pour le souffre-douleur et la société en général durant sa vie. Le risque de tendances dépressives et de suicide est accru.

Que faire si vous êtes harcelé?

Dites-le quand des remarques vous dérangent ou vous blessent. Rire avec les autres pour avoir l’air cool et pour garder l’illusion que vous faites partie de la gang n’est pas la bonne solution. Ces remarques désobligeantes sont comme du poison distillé en permanence qui détruit votre estime de soi, goutte à goutte.

Quand ça se produit, pensez au fait que cette personne n’est pas bien dans sa peau pour éprouver le besoin d’écraser les autres pour se rehausser. Si vous vous en sentez le courage, demandez-lui si ça va bien dans sa vie, demandez-lui s’il y a un problème qui fait en sorte qu’il ressente le besoin de vous humilier. Sinon, demandez-lui d’exprimer clairement ce qu’il a à vous reprocher plutôt que de vous ridiculiser.

Si c’est du harcèlement sexuel, exprimez votre inconfort, si possible devant témoins, « quand tu me parles ou me regarde ou me touches comme ça, je ne me sens pas bien et je te demande d’arrêter. » « J’ai refusé ton invitation et je ne changerai pas d’idée, je ne suis pas intéressée. Si tu insistes je vais en parler au directeur et porter plainte à la police et à la Commission des droits de la personne. » S’il vous isole dans un coin, criez pour attirer l’attention plutôt que figer. Il aura à s’expliquer et c’est lui qui portera la honte de ses gestes.

Vous pouvez, et devez, pour votre sécurité, faire une plainte à la police dans les cas où on vous menace, où on vous bouscule, blesse ou harcèle. Vous pouvez et devez également en parler à un responsable ou patron ou faire une plainte, même anonyme, quand vous êtes témoin de ce comportement, particulièrement si la victime est mineure ou vulnérable (handicapée, terrorisée, démunie, monoparentale qui ne peut se permettre de quitter son emploi etc). Même si la plainte n’est pas retenue faute de preuve, l’harceleur sera dans la mire des autorités, de ses employeurs et de ses collègues suite à l’enquête, ce qui fera baisser leur tolérance. Ses agissements ne seront plus considérés comme des gestes isolés ou sans gravité.

Quels sont les bénéfices des employeurs à adopter des mesures pour enrayer le harcèlement?

Un travailleur sur cinq présente un niveau élevé de détresse psychologique et un cas de dépression équivaut à la perte de 40 jours de travail. Bien sûr le mal-être peut venir d’ailleurs qu’au travail, cependant le harcèlement au travail est responsable d’une partie non négligeable du niveau de détresse des employés. De plus, si ça va mal dans ta vie personnelle, le fait que ça se passe bien au travail peut compenser et éviter qu’une mauvaise période dégénère en dépression.

Quand les employés se sentent bien et travaillent dans un climat positif, leur productivité, leur sentiment d’appartenance, leur collaboration, leur implication, leur performance, leur créativité et les bénéfices de la compagnie augmentent, tandis que leur taux d’absentéisme pour maladie, leurs retards et le roulement du personnel diminue, ce qui représente une perte importante pour l’entreprise.

Il est donc important d’instaurer un climat de travail agréable et de prévoir des moyens d’y remédier si une situation indésirable s’installe. Il suffit souvent de verbaliser son problème et de se sentir écouté pour libérer les émotions, faire baisser le stress et que les solutions viennent d’elles-mêmes. Un employé capable d’empathie pourrait être en charge du dossier harcèlement et aider le plaignant à exprimer sa situation afin de trouver une ou des solutions en collaboration avec des intervenants professionnels au besoin.

Conférence sur le harcèlement au travail et à l'école

Outillez votre organisation et vos membres pour identifier le harcèlement et à y réagir.

Conférence au travail

Conférence à l'école

Consultation individuelle ou de groupe

Des rencontres pour intégrer les outils les plus adaptés à votre situation.

Services de consultation

Blandine Soulmana

Blandine Soulmana

Auteure et conférencière professionnelle

Qui est Blandine Soulmana ?

Depuis plus de 15 ans, Blandine est conférencière au Québec. Ses conférences et consultations portent sur la résilience, l'importance de parler de sa souffrance, de développer son optimisme, de retrouver l'enthousiasme de vivre, d'arriver à pardonner et parfois de trouver le chemin pour se reconstruire.

Blandine a vécu une enfance extrême : mariée à 15 ans et maman à l’adolescence, femme battue et emprisonnée, privée de son enfant. Elle a su se reconstruire et partir à la conquête d'elle-même.